Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création

Célébrations qui cachent la vérité

Milano 22.03.2021 Jpic-jp.org Traduit par: Jpic-jp.org

Les opinion-gates, disposées à freiner, tromper, rabaisser, faire disparaître la vérité contraire aux intérêts de ceux qui sont au pouvoir et possèdent les moyens de communication ont toujours existé. Avec la télévision et les journaux, les célébrations sont devenues un excellent moyen de faire passer l’information, même fausse. Dans son livre « In praise of the blood. The crimes of the Rwandan Patriotic Front » - À la louange du sang. Les crimes du Front patriotique rwandais - (pp. 50-53), Judy Rever, parlant du Rwanda et du Congo, montre comment Kagame et ses parrains ont réussi à faire taire la vérité même de la part de la seule instance mondiale, l'ONU, qui célèbre donc les auteurs de violences au lieu de les condamner. C'est ce qui se passe chaque année le 6 avril lors de la célébration de l'anniversaire du génocide rwandais.

Fils d'un ouvrier dans la construction et d’une féministe catholique, Luc Côté a grandi dans un quartier ouvrier de Montréal. Finalement, il est devenu avocat public, fournissant une aide juridique aux voleurs, aux toxicomanes et aux malades mentaux. Après le génocide, lorsque l’ONU a eu besoin d'avocats bilingues au Rwanda, il a fait partie du premier groupe d'avocats canadiens-français à arriver dans le pays.

Dans les zones situées en dehors de la capitale Kigali, les corps pourrissaient encore dans les rivières, les dépendances, les églises et les fosses communes. Les cadavres qui s'étaient entassés le long des routes et dans les champs séchaient sous un soleil brûlant […].

En 1995, Côté rejoignait le Bureau du Procureur du Tribunal Pénal International pour le Rwanda. En tant que chef du bureau juridique pendant quatre ans, il a rédigé des actes d'accusation et aidé à organiser les arrestations des organisateurs et des auteurs du génocide. En même temps, il a vu de ses propres yeux l’ombre sombre de l’oppression que projetait le gouvernement post-génocide de Kagame, sous le regard impuissant de la communauté internationale. Avant de rejoindre le tribunal, Côté avait travaillé comme rapporteur des droits humains de l'ONU au sud du Rwanda, enquêtant sur les arrestations arbitraires et les disparitions de Hutus aux mains des forces tutsies. C'est là, après avoir été témoin d'incidents épouvantables, qu'il a découvert que « ces gens [le régime de Kagame] étaient aussi mauvais que les autres ». Il voulait dire aussi mauvais que les génocidaires hutus.

En avril 1995, lui et ses collègues de l’ONU se trouvaient à Kibeho pour contrôler un grand camp pour des Hutu déplacés internationaux que le FPR voulait fermer. Le camp était situé dans une zone de sécurité humanitaire mise en place par les forces militaires françaises pendant le génocide et qui était passé ensuite sous le contrôle des Casques bleus de l'ONU. Le 22 avril, les forces du FPR ont ouvert le feu sur le camp, provoquant la fuite des dizaines de milliers de Hutus pour sauver leur vie. Des membres du personnel de l'ONU ont vu des soldats tutsis tirer dans le dos des femmes et des enfants alors qu'ils tentaient de fuir, et de nombreux Hutus sont morts dans la bousculade. Le personnel médical australien a évalué le nombre de morts à plus de 4 000, mais les officiers rwandais ont déclaré que seulement 338 personnes avaient été tuées. Trois jours après le massacre de Kibeho, Côté avait écrit un article d’opinion pour Le Devoir de Montréal dans lequel il se demandait pourquoi les Hutus qui avaient fui au Zaïre et en Tanzanie n’étaient pas retournés au Rwanda alors que la guerre était finie. Il soulignait que de nombreux Hutus des camps de déplacés avaient tenté de rentrer chez eux, mais avaient fini par revenir aux camps en raison de l'insécurité de leur village. Il avertissait que la situation des droits de l'homme au Rwanda se détériorait rapidement. […]

En 2005, plus d'une décennie après son premier passage au Rwanda, Côté est retourné en Afrique centrale, cette fois au Congo, où il a dirigé une équipe d'enquête de 34 membres qui a travaillé avec des villageois, les familles des victimes, des groupes de défense des droits humains et des enfants soldats pour recueillir les preuves de certains des pires crimes contre l'humanité de l'histoire récente. Lors d'une interview autour d’un expresso après son retour, il m'a dit qu'il ne s'attendait pas à ce que la violence soit « si dévastatrice, si étendue et si brutale ».

Côté a déclaré : « Je pensais avoir vu le pire avec le génocide au Rwanda. Nous avons des témoignages au Congo selon lesquels c'était tout aussi mauvais ou pire que ce qui s'est passé au Rwanda. Au Rwanda, c'est arrivé pendant trois mois. Au Congo, cela ne s'est jamais arrêté ». Sa voix devint rauque. « J’ai vu au Congo les mêmes choses que j’ai vues au Rwanda. Il y a des dizaines et des dizaines d'incidents où vous avez les mêmes schémas. [Le meurtre] a été systématiquement commis ».

En août 2010, un mois avant que l'ONU ne prévoie de publier officiellement les conclusions de l'enquête, un brouillon du rapport était transmis au journal français Le Monde. En quelques heures, j'ai envoyé un article pour l'AFP.

Le rapport de 560 pages, qui couvrait la période de 1993 à 2003, s'intitulait Mapping Human Rights Violations - Cartographie des violations des droits de l'homme -. Dans le jargon juridique de l'ONU, le terme « mapping » signifie fournir un inventaire et une classification des crimes. Les enquêteurs ont trouvé des preuves que l'Armée Patriotique Rwandaise (APR) et ses alliés rebelles ont utilisé des houes, des baïonnettes et des haches pour massacrer les Hutus rwandais et congolais, les rassemblant souvent au préalable et les tuant en groupes. Dans de nombreux cas, les victimes ont été violées, brûlées vives ou abattues. Le rapport indique que la grande majorité des Hutus qui ont été tués étaient « des femmes, des enfants, des personnes âgées et des malades, qui ne représentait aucune menace pour les forces d'attaque ». Les auteurs ont conclu que les troupes de Kagame avaient peut-être commis un génocide au Congo. « Les attaques systématiques et généralisées décrites dans le rapport… ont révélé un certain nombre d'éléments accablants qui, s'ils étaient prouvés devant un tribunal compétent, pourraient être qualifiés de crime de génocide ». L'ONU a donc appelé à une enquête judiciaire complète.

Le Rwanda a réagi rapidement et avec fureur. Le gouvernement a qualifié les conclusions d ’« immorales et scandaleuses » et a persuadé ses sponsors occidentaux d’attaquer la méthodologie de l’équipe de l’ONU. Kigali a également menacé de retirer les troupes des missions de maintien de la paix de l'ONU. La pression a probablement anéanti tout espoir que l'ONU soutiendrait un jour un tribunal au Congo pour poursuivre Kagame et les assassins.

Au même moment, un enquêteur médico-légal renommé était déjà au Congo pour former une équipe de scientifiques locaux, de policiers, de membres de l'armée et de militants des droits de l'homme afin d’enquêter sur les fosses communes qui y étaient découvertes. José Pablo Baraybar, un scientifique médico-légal péruvien qui a travaillé à Srebrenica, en Haïti et en Éthiopie, avait reçu le soutien financier de l'American Bar Association et du Département d'État américain pour le programme de formation de trois mois. Baraybar a déclaré que son équipe avait également reçu une aide considérable des villageois congolais. Mais quand il est venu ouvrir les fosses communes à Rutshuru - une ville où les équipes mobiles de meurtre de Kagame avaient commis certaines des pires atrocités au début de l’invasion - le gouverneur de la province a bloqué l’enquête. « Et Kinshasa non plus ne donnerait pas son approbation », m'a dit Baraybar. Joseph Kabila, qui avait succédé à son père, Laurent, après qu’il a été assassiné par le garde du corps en 2002, « jouait manifestement sur deux tableaux ».

« Sur le terrain, une analyse médico-légale n'était possible nulle part », a-t-il déclaré. « Il était clair que le Rwanda avait usé de son influence au Congo et à l'étranger pour étouffer complètement l’enquête ». Plus de dix ans après que Kagame avait construit ses stations à Rutshuru et dans d’autres villages congolais, sa capacité à définir la réalité et à influencer la vie des gens était restée intacte.

Mon entretien [c'est Judy Rever qui parle] avec Baraybar m'a poussée à me demander quoi faire ensuite. L’ONU a dénoncé les crimes – des actes odieux qui ont été commis par les troupes de Kagame au Congo - et pourtant aucune autorité internationale n’a le courage de tenir Kagame ou ses commandants pour responsables. C'était comme si personne ne pouvait imaginer poursuivre l'homme à qui l'on attribue l'arrêt du génocide rwandais, quoi qu'il fasse. L'injustice était stupéfiante. Et enfin je me suis rendue compte que la seule façon de vivre avec ce dont j’avais été témoin au Congo était pour moi de revenir en arrière au cœur du génocide et d’examiner ce que le FPR avait fait exactement. Et puis de publier ce que j'aurais trouvé.

Le mot d'une veuve termine le livre qui raconte ce qu'elle a trouvé : « Nous devons faire semblant que rien ne va mal. Mais je ne l'accepterai jamais ». La peur engloutit la vérité et le pouvoir célèbre les mensonges. Bienvenue 6 avril.

Laisser un commentaire