Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création

Le marché matrimonial où on échange des vaches contre des femmes

Juba - Sunday Times 25.12.2022 Louise Callaghan Traduit par: Jpic-jp.org

Les bovins sont une monnaie de grande valeur au Sud-Soudan. Les hommes cherchent désespérément un troupeau à utiliser comme dot, mais leurs épouses n'ont pas un mot à dire.

Depuis dix ans, Dau Deng cherche l'amour : un seul facteur est venu contrecarrer ses rêves, encore et encore. Le bétail. Ou plutôt, le manque de bétail.

Par deux fois maintenant, ce diplômé de l'université a vu ses petites amies être mariées à contrecœur à quelqu'un d'autre parce qu'il ne pouvait pas apporter le nombre exorbitant de vaches et de taureaux nécessaires pour payer une dot dans ce pays, l'un des moins développés du monde.

Aujourd'hui, il est sur le point d'en perdre une autre, dont les parents ont demandé 50 vaches, chacune valant plusieurs centaines de livres. « Le moment viendra, et elle ne pourra plus attendre », nous raconte Deng, 32 ans, assis à l'ombre d'un manguier au bord du Nil à Juba, la capitale sud-soudanaise. « Et elle partira avec quelqu'un d'autre qui sera prêt ».

Au Soudan du Sud, qui est devenu un État indépendant il y a seulement 11 ans, les bovins ne sont pas seulement du bétail. Chez les peuples de la vallée du Nil, il sert de source de nourriture mais aussi de monnaie et de compte d'épargne. Les bovins sont la clé de la richesse, de la sécurité, de la stabilité et du mariage.

Les rassembler, les soigner et les faire paître est le travail de toute une vie pour les communautés pastorales comme celle de Deng. Il en a été ainsi pendant des milliers d'années. Cependant, l’histoire plus récente d'instabilité violente et de catastrophes naturelles a détruit bon nombre de contrôles et d’équilibres qui permettaient à cette société de fonctionner. Le pays a sombré dans la guerre civile peu après la naissance de l'État sud-soudanais en 2011. Un accord de paix fragile a été conclu en 2018, mais depuis lors, plusieurs régions ont été frappées par une insécurité alimentaire extrême, exacerbée par les conflits, la mauvaise gouvernance et les inondations.

Certains ont profité du chaos. La guerre et les déplacements massifs ont permis à une petite élite militaire et politique d'amasser d'énormes troupeaux de bétail. Cela leur confère une richesse et un pouvoir énormes ainsi qu'une impunité effective face aux sanctions internationales : il est presque impossible de sanctionner quelqu'un dont les avoirs de plusieurs millions de livres sterling sont au pâturage à l'intérieur du pays, bien au-delà de la portée du système bancaire Swift.

« Ces quelques dizaines d'hommes utilisent les troupeaux de bétail comme un compte bancaire », explique Flora McCrone, chercheuse spécialisée dans les conflits pastoraux dans la Corne de l'Afrique. « L'équivalent occidental le plus proche auquel je peux penser est l'achat d'une flotte de super cars, parce qu'ils ont beaucoup de valeur et qu'ils sont un symbole de statut ».

Lorsque ces élites veulent se marier, que ce soit pour la première ou la quarantième fois, elles sont prêtes à dépenser des sommes énormes pour les dots, qui sont traditionnellement payées en bétail. Le résultat a été une inflation galopante sur le marché du mariage.

Les enchères sur les femmes particulièrement éligibles peuvent atteindre des centaines de milliers de livres, un processus organisé par leurs familles, où la future épouse n'a pas ou peu à dire. Le prix est déterminé par la taille de la femme, son niveau d'éducation et son milieu familial. « Si une femme est très grande, costaude, et si elle a une bonne famille et de bonnes manières, il y aura de la concurrence pour elle », m'a confié un homme de pouvoir local. « Mais à mon avis, ces compétitions sont hors de contrôle ».

Cette année, une jeune Sud-Soudanaise de 17 ans a été vendue en mariage à un homme d'affaires trois fois plus âgé qu'elle pour 500 bovins, trois voitures de luxe, 10 000 dollars et quelques téléphones portables. Elle est devenue sa neuvième épouse. Les groupes de défense des droits ont condamné cette affaire et ont déclaré que la jeune fille avait été vendue aux enchères dans un cas évident de maltraitance d’enfants.

Sa dot était une somme incroyable dans un pays où la plupart des gens vivent chaque jour sans savoir d'où viendra leur prochain repas. Au cours de la dernière décennie, les dots moyennes dans certaines régions sont passées d'une dizaine à une soixantaine de bovins, chacun pouvant coûter de quelques centaines de livres à plusieurs milliers. La valeur d'un taureau ou d'une vache est déterminée par des classifications séculaires, dont la plus importante est la couleur du poil.

Dans un camp de bétail assez modeste aux abords de Juba, David Makuac, un éleveur de la communauté BorDinka, nous a énuméré quelques-uns de ces précieuses couleurs : machar (noir), marial (noir et blanc) et mabior (blanc).

« Les cornes sont également importantes », a-t-il ajouté en montrant son taureau de prix, dont la robe était d'un rouge grisâtre brillant. « Elles ne doivent être ni trop grandes ni trop petites, et je préfère quand l'une est courbée et l'autre droite, parce que cela signifie qu'il s'agit d'un taureau de qualité ».

Certains sont prêts à payer presque n'importe quel prix pour un spécimen parfait. Il y a quelque temps, Deng Makuak, un homme d'affaires et ancien soldat, a vu sur Facebook la photo d'un taureau qui lui a coupé le souffle. Musclé et maigre, il avait le poil pie et des cornes magnifiquement proportionnées. Il devait absolument l'avoir. Après une courte période de négociation, il a payé 24 vaches et dix chèvres pour le taureau, soit l'équivalent d'environ 22 000 £.

Il m'a montré une photo du taureau. Il portait une écharpe du club de football Inverness Caledonian Thistle, parce que Makuak aimait la combinaison des couleurs. « Je suis fier de ce taureau, car je peux dire que c'est le meilleur », a-t-il déclaré.

Pour le commun des mortels, dépenser de telles sommes est inimaginable. Alors que les prix du bétail et des dots augmentent, dans le désespoir certains ont eu recours à des raids de bétail. Titas, un éleveur de bétail, a déclaré qu'il en connaissait beaucoup qui avaient pris les armes pour se marier. « Le prix élevé en est la raison », a-t-il déclaré sur un marché aux bestiaux à Juba. Pendant que nous parlions, un troupeau de vaches passait, soulevant des nuages de poussière rouge.

Bien que des vols de bétail aient toujours eu lieu, l'ampleur actuelle est insoutenable, a déclaré McCrone, un analyste du bétail, et elle est utilisée par les élites pour repousser leurs rivaux hors des zones de pâturage et pour affaiblir les autres communautés.

Les dirigeants du pays affirment qu'ils essaient de faire baisser le prix des mariages et de réintroduire des plafonds pour les dots, qui étaient autrefois monnaie courante, et le sont encore dans certaines communautés. Cet été, le premier vice-président, Riek Machar, a annoncé qu'il avait accepté un prix de 45 bovins pour la main de sa fille, au lieu des 500 qui avaient été proposés.

Pourtant, l'impact sur la société dans son ensemble est encore limité.

Alors que les hommes se chamaillent sur le prix du bétail, une minorité de femmes parmi les élites éduquées refusent d'être vendues pour du bétail. Lors du concours de Miss Sud-Soudan, qui s'est déroulé récemment dans un hôtel de luxe de Juba, une jeune femme élancée, diplômée de l'université, a déclaré qu'elle méprisait cette pratique. « C'est tout à fait du marché : donnez-moi les vaches, vous aurez ma fille », a-t-elle déclaré, avant d'ajouter : « C'est juste une absurdité ».

Voir, The marriage market where cows are traded for women

Photo. Pour les communautés pastorales du Sud-Soudan, les rassembler, les soigner et les faire paître est le travail de toute une vie © The Sunday Times

Laisser un commentaire