Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création

La démocratie. Il est peut-être temps de revoir nos idées

Milano 26.03.2021 Jpic-jp.org Traduit par: Jpic-jp.org

L’ensemble de rapports et d’essais dans les numéros de « L’Atlantique » d’octobre 2018 était une pluie d’idées en réponse à la question « La démocratie, est-elle en train de mourir » ? La question avait déjà été posée par Gédéon Rose, dans sa note d’éditeur pour l’édition de mai / juin de « Affaires étrangères ».

Au cours des quatre dernières années, il était assez courant de pointer du doigt Trump et la suprématie blanche comme les principales menaces contre une vraie démocratie. Cependant, « Trump est parti, mais le Trumpisme demeure », écrit Roberto Savio dans son article du 10 novembre 2020 publié dans le magazine en ligne « Other News ». Comme l’affirme dans ses colonnes Greg Sargent dans la section Opinion du « Guardian » du 4 mars 2021, « L’escroquerie de Trump est bien vivante dans le GOP (Parti Républicain). Et il est parfaitement plausible qu’elle continue à servir les républicains - peut-être de manière spectaculaire ». « L'Atlantique » insiste sur le fait que « la crise de la démocratie » aux États-Unis n'est qu'un « grand » exemple de ce qui se passe partout dans le monde, même si c’est dans des contextes très différents, de la Hongrie au Brésil, de l'Italie à l'Égypte dans un amalgame politique, économique et social.

N'est-il pas temps, par conséquent, de revenir en arrière et de se demander si par hasard nos idées sur la démocratie sont obsolètes ? La démocratie est le gouvernement de tous les citoyens, évidemment au service de tous les citoyens, et donc exercée par tous les citoyens, que ce soit comme démocratie directe ou indirecte. D'où le dicton, le pouvoir du peuple, pour le peuple, par le peuple.

La démocratie athénienne est la première forme de gouvernement démocratique attestée par l'histoire, même si il ne peut être exclu que d'autres aient existées avant ou en même temps, mais elle a certainement été un modèle dans la configuration d'autres démocraties, nées plus tard dans le monde entier. À Athènes, c'était la démocratie directe. Chaque citoyen avait le droit de vote, le droit de parole et le droit d'être élu aux postes du gouvernement de la ville.

Ici, notre gouvernement favorise le plus grand nombre au lieu du petit nombre : c'est pour cette raison qu'il s'appelle démocratie, proclamait Périclès en 461 av JC. Ce grand nombre, cependant, n'était que les citoyens athéniens, qui devaient être des hommes de plus de vingt ans et qui pour acquérir le droit de citoyenneté, devaient être nés de parents tous les deux athéniens. Par conséquent, ni les femmes, ni les esclaves, ni les metèci (les résidents à Athènes immigrés de l'étranger ou d'autres villes grecques) ne participaient à la vie politique. Seul un nombre limité de citoyens, adultes et hommes, dans la mesure de 30 000 à 50 000 sur une population de 250/300 000, étaient effectivement le peuple démocratique d'Athènes.

À l'époque de Moïse, donc 1 000 ans avant Périclès, nous lisons dans la Bible, qu'une alliance était ratifiée par tout le peuple, sans exclusion d'aucune catégorie, mais elle était dirigée d'en haut, et le pouvoir ne résidait pas dans le peuple, mais dans la loi divine.

Dans sa note éditoriale du magazine 'The Atlantic', Jeffrey Goldberg, revenant aux racines de la démocratie américaine, écrit : « Le système de gouvernement défini dans la Constitution [nord-américaine] est une concession à l'idée que les humains sont déficients dans la science d’une auto gouvernance rationnelle ». Ainsi, parmi les 42 pères fondateurs, 39 d'entre eux ont signé la Constitution et trois ont refusé et la déclaration fédéraliste n° 51 affirme : « Si les hommes étaient des anges, aucun gouvernement ne serait nécessaire », ce qui implique, peut-être inconsciemment mais sûrement à tort, que les membres d'un gouvernement sont des anges, pas des hommes.

Par conséquent, le peuple devait être exclu d'un rôle direct dans le gouvernement, la démocratie directe devait céder la place à la démocratie représentative, « où des délégués éclairés du peuple serviraient le bien public » ; « le peuple élirait directement les membres de la Chambre des représentants » mais « éliraient des représentants avisés - c'est-à-dire des hommes blancs possédant des propriétés - qui choisiraient finalement un président ».

La suprématie blanche était déjà bien établie.

Dans le même numéro de « L'Atlantique », Jeffrey Rose étudiant le parcours intellectuel de James Madison affirme que certaines des lignes directrices de ce dernier, particulières, éclairantes et dangereuses ont été rédigées afin d'éviter « le sort de ces confédérations anciennes et modernes », qui « ont succombé au pouvoir des démagogues et des foules ». Prenant l'exemple de la démocratie d'Athénes, « où 6 000 citoyens étaient requis pour le quorum » d'une assemblée légale, Madison déclare : « Dans toutes les très nombreuses assemblées, quelles que soient les personnes qui la composent, la passion ne manque jamais d'arracher le sceptre à la raison », et de là vient sa conclusion : « Même si chaque citoyen athénien avait été un Socrate, chaque assemblée athénienne aurait toujours été une agitation de masse ». Cela revient à dire que, depuis le début, une sorte de trou noir est inscrit dans l'ADN de toute forme démocratique qui finit par réduire l'aspiration démocratique à une illusion.

Une personne, une voix devient le seul droit politique accordé au peuple et la démocratie représentative est réduite à une oligarchie avec une idée sournoise sous-jacente que seulement quelques personnes, et pas tout le monde - niant ainsi le principe même de la démocratie - sont capables d’une vie politique démocratique. La société a besoin d'un gouvernement pour se tenir debout, mais seulement quelques-uns méritent de former ce gouvernement.

Toutefois, puisqu'ils ne sont pas non plus des anges, une institution supérieure devient nécessaire pour les contrôler et assurer la véritable séparation entre les trois pouvoirs - exécutif, législatif, judiciaire -. Cependant, qui choisit les personnes pour cette institution supérieure ? Le niveau inférieur reproduit ses limites dans le niveau supérieur. En Italie, le scandale qui a éclaté dans le pouvoir judiciaire montre à quel point il était dominé par la politique. Aux États-Unis, la plus haute garantie de la démocratie réside dans la Cour suprême qui est devenue le principal objet de différend entre les partis.

« Les fondateurs ont conçu un gouvernement [des États-Unis d'Amérique du Nord] qui serait à l'abri de l’humeur des esprits populaires, mais ils n'ont pas anticipé les passions débridées de l'ère numérique », poursuit Jeffrey, faisant de la technologie sociale moderne le Cheval de Troie infiltré au cœur du système démocratique. Il affirme la nécessité d'un critère externe pour contrôler le pouvoir populaire et la nécessité d'un groupe « aristocratique » à qui remettre l'autorité, la même qui dans les anciens royaumes et empires était attribuée aux rois et aux reines et dans les théocraties à la divinité. Un rôle désormais assumé par les grandes puissances des technologies de l'information avec leurs algorithmes.

Dans son article, Lo psicodramma di Greta (Le psychodrame de Greta), Miguel Martinez – le 4 mars 2021 - décrit comment la question environnementale « n'inquiétait qu'un petit groupe de chercheurs […], jusqu'à ce que Greta explose ». Greta, le symbole du mouvement médiatique, a transformé la question environnementale en une question démocratique, grâce aux milliards de personnes qui en ont pris conscience et cela est positif. Cependant, « Greta a obtenu son public en simplifiant la question environnementale » dans la seule concentration de CO2 dans l'atmosphère et en la réduisant au réchauffement climatique, le méchant qui doit être tué pour que tout le monde vive pour toujours heureux. Avec l'accusation : « Vous nous volez notre avenir », Greta en appelait aux puissants de la finance et de la politique comme les personnes capables de tuer le méchant. Réapparaît ici le trou noir qui avale la démocratie, « tout est délégué - sauf les marches dans les rues - aux finances et aux entreprises, qui sont transformées de cause de la catastrophe en solution », « aux politiciens qui peuvent se présenter comme des sauveurs », « aux techniciens de haut niveau des entreprises » qui définiront l'enjeu environnemental à leur guise et justifieront que l'argent public soit transféré au secteur privé pour sauver le monde, tout en augmentant le contrôle de la société jusqu'à ce qu'il devienne total.

« Le psychodrame de Greta affecte tout le monde, mais il délègue le salut à la technocratie, au capitalisme et au pouvoir politique », à qui nous adressons un culte aux sauveurs au lieu d’une critique d’irresponsables.

Que faire alors ? Le seul remède, certes pas à court mais à moyen terme, et qui requiert l'engagement de tous, est que naisse dans le peuple une conscience politique qui l'éloigne d'une vision populiste de la démocratie.

Dans les dynamiques sociales, on parle de « masse critique » pour indiquer le nombre suffisant de personnes qui adhérant à une idée ou à un système social font que le taux d'adhésion devienne autosuffisant pour engendrer sa croissance continue. Eh bien, seule une masse critique de la population, devenant la gardienne des valeurs d'une vraie démocratie et le sujet de la vie politique, ravivera l'espoir en la démocratie.

Il reste cependant la question de savoir qui serait le garant que les « valeurs » transmises à cette masse critique soient les vraies valeurs démocratiques. Une oligarchie sournoise tentera toujours de s'imposer, par le pouvoir de l'argent, le prestige de la science, le contrôle de l'information technologique, l'emprise du mensonge et de la calomnie, comme la nouvelle génération des contrôleurs d'opinion.

Laisser un commentaire

Les commentaires de nos lecteurs (1)

Dario 26.03.2021 Diciamo che l argomento non e cosi semplice, cosi teoretico. In fondo il populismo rappresenta i popoli il quale sceglie se farsi imbrogliare da trump o da Salvini in Italia, per esempio. Notiamo inoltre, la " nuova" riforma elettorale della Georgia ( USA) leggetela, renderebbe Mussolini molto felice. Una riforma assurda. Qui ringraziamo il segregation di stato del georgia che si oppose energicamente contro I voleri satanic di Trump n Co. Tornado all articulo direi il popolo e anche colpevole del populismo, perche non segue il suo voto, dal momento in cui l elettore lascia l urna. La finanza la tecnologia devia il popolo. La religione ( la sua classe) non spiega bene Dio nel suo intero a volte narcissists. Poi la science e i Jeff Bezos, I Elon Musk I cinesi etc che invading il futuro. Vedremo..